December 13, 2004

Chansons pour une marche nocturne et hivernale

Préambule : Rough Trade & Hefty Records are good for your health.



La pompe qu’on m’a installé à la place du cœur pompe. Le plomb en fusion qui me sert de sang coule. Mon cerveau ordonne à mes membres de se mouvoir de façon ordonnée, et parfois de juste me laisser tranquille, le cul dans le caniveau. Le foie gère les excès hépatiques en tout genre que je fais subir à mon organisme avec une vigueur renouvelée et tout compte fait, toute provision pour dépréciation mise à part, tout va bien. Tout va comme avant.

Les rouages sont un petit peu mieux huilés que quand j’avais dix-neuf ans, et tout semble repartir comme avant. Le quotidien me tue mais ne m’achève pas. Il me laisse subsister. Et chercher.

Chercher quelque chose au fond d’une nuit glaciale, au fond de moi, au fond de tremblotantes lueurs citadines et de reflets incertains, tenter de reprendre mon souffle. Ce souffle qui s’échappe toujours.

I will not follow this crowd.


Telefon Tel Aviv – Nothing Is Worth Losing That [offline]
Duo originaire de la Nouvelle-Orléans, Telefon Tel Aviv - aka Charles Cooper & Josh Eustis – a donné cette année une suite au "Fahrentheit Fair Enough" de 2001. Leur électronique était déjà fortement imprégnée de sonorités organiques empruntées au jazz mais aussi de ce qu’on allait pas tarder le post-rock – pour cette construction en longue plage sonore ascendante, cherchant ainsi à insuffler un supplément d’âme à leurs machines. Sur "Map Of What Is Effortless", Telefon Tel Aviv parfait encore un peu plus son art de la laptop music à la fois intimiste, soulful (grâce notamment au phénoménal apport des deux chanteurs les ayant rejoint pour l’occasion) et grandiose dans son orchestration, pleine de ces envolées sonores chères à Sigur Ròs.

[Buy]



Jacob Golden – Carry Yourself [offline]

Avant de sortir "Hallelujah World", son premier album, en 2002, Jacob Golden s’était fait connaître par deux EPs, "Jacob Golden" et "Come On Over". Sans y révolutionner quoi que ce soit, l’ex chanteur de Birthday y entremêlait déjà un timbre unique, des guitares cristallines et ses slogans naïfs mais habités, le tout rehaussé par la production subtilement désordonnée de David Kosten, aka Faultline – dont Aurgasm présente en ce moment l’album. Il y apparaît d’ailleurs aux côtés de Chris Martin (Coldplay), Wayne Coyne (Flaming Lips) et Michael Stipe, sur le titre "Bitter Kiss".

[Buy]



Baxter Durry – Beneath The Underdog [offline]

Baxter Dury est un fils de. Le fils de Ian Dury, mythique figure punk, l’auteur du fameux « Sex, drugs & Rock’n Roll » qui finira par jouer dans le Judge Dredd de Sylvester Stallone. Il est aussi (surtout) l’enfant du Velvet Undergound version Sweet Nuthing. Geoff Barrow et Adrian Utley, les deux gourous architectes du son de Portishead, font également partie de la famille et ils participent à la réalisation de "Len’s Parrot Memorial Lift", opus dont est tiré Beneath The Underdog. Ca déchire grave, comme disent les jeunes.


[Buy]


1 comment:

Tunui said...

...Mais il est surproductif notre ami Garrincha ! (J'écoute tout ça sous peu)