March 31, 2005

Eloge du bruit

C'est avec un retard plus que conséquent (du entre autres à quelques difficultés techniques) que je vous fais part de ma chronique. Le tout après une brève interruption due à un détour par les cimes enneigées. Bref tout ça n'est pas très sérieux (à part le titre de ce post, qui frole le prétentieux...).

.............................

Il m’aura fallu quelques posts d’échauffement avant d’entrer dans le vif d’un sujet … Nous y voila : bruit et musique, faire de la musique à la marge des instruments et des partitions …. Les tordre, les manipuler, oublier leur vocation première pour leur faire émettre des sonorités brutes, étranges et néanmoins musicales.

Soyons clair, il faut prendre tout cela au sérieux. Il n’en va pas ici d’un vulgaire larsen, posé en fin de morceau comme un piètre étendard : « nous ne faisons pas juste de la pop / du rock / de la techno / du je ne sais quoi. ». Il faut prendre le bruit à bras le corps, faire des morceaux avec, et pas juste entre deux plages de bruit …

Pas question d’être ici représentatif, et encore moins exhaustif. Il eût fallu s’aventurer sur des territoires autrement plus hostiles : la musique concrète, pour l’histoire, et le redoutable Merzbow, pour l’exemple. Une prochaine fois peut-être, le temps que nos oreilles s’habituent à ces sonorités abrasives …

A tout seigneur, tout honneur … Sonic Youth / Inhuman. Un des groupes dont les albums et les concerts ont bercé ma jeunesse. Pas la peine de développer ici. Ils ont le bon goût de se produire très régulièrement en France. Celui, beaucoup plus discutable, de bien s’entendre avec les journalistes des Inrocks et de Libé, qui leur consacrent depuis longtemps des chroniques dithyrambiques. La conséquence est sans appel : au joyeux parfum punk de leurs prestations live d’antan a succédé un auditoire quelque peu lisse et discipliné, à l’écoute quasi-religieuse…

[Buy]

Mogwai / Sine Wave. On a ici à faire, à mon sens, à l’un des plus grands groupes de scène contemporains. Des prestations au décorum minimaliste, données à un volume insensé (prévoir des bouchons, ou se tenir à une distance respectable des enceintes …), au cours des quelles ils parasitent, morceau après morceau, tout embryon de mélodie. Le schéma est rigoureux et sans faille : intro mélodique / 1ers développements soniques / reprise posée du thème avant de le noyer sous des couches gargantuesques d’instruments saturés. Rien de bien original me direz vous … Certes, à la seule exception du fait que le modèle est parfaitement maîtrisé, qu’aucune fréquence audible n’est épargnée et que le groupe a la judicieuses idée de toujours se réserver une petite plage de puissance supplémentaire, qui lui permet d’asséner, au moment où tout le monde croyait l’affaire close, un ultime retour en force. Et puis leurs mélodies, si maltraitées soient-elles, sont généralement bien belles…

[Buy]

Autechre / Cipater. Le pendant électronique des manipulateurs de bruit. Un des rares groupes pour lesquelles l’expression « précision chirurgicale », ce détestable gimmick de la chronique musicale, prend tout son sens. Ils jouent à Paris mi-avril (le 18 si ma mémoire est bonne). Pas la peine de vous précipiter, les places sont déjà toutes vendues (si d’aventure l’un d’entre vous en a une en trop, merci de bien vouloir me contacter …).

[Buy]

Hrvatski / Paint it Black. Tout ça pour quoi ? J’en vois déjà qui opinent mais qui, dans leur for intérieur, se disent : « bruit et musique, ç’est un truc d’intellos, arty et prétentieux. Aucun humour, et pas grand-chose de spontané ». Tss ... écoutez donc cette magnifique reprise des Rolling Stones.

[Buy]

2 comments:

t-ry said...

tssss.....

Ca fait depuis le premier jour de podaufeu que je me retiens de mettre du Merzbow...

Et tu voudrais y aller direct ?

Moi, j'ai même pas encore collé du black dice... shame...

P.S. Seul le lien vers le Sonic Youth marche, les 3 autres renvoient un 404.

Garrincha said...

Fixed ! Désolé...