September 14, 2005

Confirmation


Je vous en parlais hier : John Vanderslice, c'est vraiment excellent. Et comme ce monsieur, dôté d'un incroyable sens de l'arrangement (écoutez les cloches et l'entrée des cordes en pizzicato dans Trance Manual ...), a l'excellente idée de présenter une très large partie de son oeuvre en téléchargement libre sur son site (deux albums en intégralité et des extraits des plus récents), je n'ai même pas à attendre le CD commandé hier pour vous le faire découvrir.

John Vanderslice - Trance Manual
[from Pixel Revolt]

John Vanderslice - Me & My 424
[from Life & Death Of An American Fourtracker]

John Vanderslice - Foothills On My Mind
[from Mass Suicide Occults Figurine]

John Vanderslice - August
[from MGM Endings : Cellar Door Remixes]

"Pixel Revolt" a été chroniqué par Pitchfork. Il est beaucoup plus politique qu'il n'y parait et "Trance Manual" parle notamment d'un journaliste en Afghanistan qui cherche un peu de réconfort dans les bras d'une prostituée.

Les autres albums sont aussi chroniqués.

3 comments:

t-ry said...

Ca fait des mois que barsuk essaye de nous fourguer le vanderslice.
Franchement, bof...On dirait du sous-eels qui étaient déjà largement surestimés.
Enfin, c'est typique pour moi d'une certaine production américaine complètement stéréotypée. Bon, d'accord, il a trouvé une boucle de cloches...même pas jouées les cloches...
En définitive, je trouve que ça manque diablement de personnalité.

Plus intéressants sont les notes d'enregistrement du disque. Pour une fois, un artiste donne la possibilité d'avoir un appercu de la production.

Je suis trop vache ?

Garrincha said...

C'est marrant, moi je suis tombé dessus par pur hasard ...

En explorant plus avant, y'a plein de trucs que j'aime pas trop et qui manque, comme tu dis, d'originalité. Mais je trouve aussi que Trance Manual est très beau ...

Melancholia said...

Hm... Pas encore assez écouté Vanderslice pour donner de commentaire, même si à la première écoute je n'ai pas vraiment accroché. Mais je trouve un peu exagéré de dire que Eels est surestimé. Même si toute sa production n'est pas bonne, il n'en reste pas moins que l'abum Beautiful Freak, à mes oreilles, est une perle.