February 28, 2005

Funk you

Quoi de neuf sur le front du funk ? Qui pour nous faire sentir l'atmosphère de ces clubs où on danse pour de vrai ? Qui pour réveiller un genre qui a trop tendance à tourner en rond ? Après trop de mélancolie concentrée en un seul week-end et avec l'envie de faire bouger ses pieds, l'ORTF ne part pas au combat avec détermination et la fleur au fusil, armé de la certitude de faire découvrir une nouvelle sensation, un petit génie en train d'émerger et à ne surtout pas rater. On se contentera pour ce lundi matin de pistes à étudier, du plus évident au très réjouissant.



Déjà connu ici, Amp Fiddler aura réussi à imposer son "Waltz Of A Ghetto Fly" au cours de l'année écoulée. Issu de la galaxie Parliament, dont son frère fut le bassiste, et collaborateur peu habitué à la lumière d'actes plutôt majeurs dont Prince, les Brand New Heavies et George Clinton, c'est donc la première fois - ou presque - qu'il avance en son nom propre sous les yeux du grand public. On regrette que l'album - mais c'est souvent la règle dans ce genre - ne fasse clairement pas justice aux compositions du bonhomme et à l'incroyable ferveur qu'il dégage sur scène. La faute sans doute à une subtilité nettement jazzy et à un goût pour l'improvisation décidément plus poussé que chez le funkster moyen. Entre claviers et orgues, il y tisse d'incroyables mélopées, entrechevêtrant les thèmes et érigeant des sommets paroxystiques d'intensité groovalistique (si, si) - le tout clairement dans l'optique d'emmener peu à peu l'auditeur suffisamment patient vers une transe où ass-shaking et hand-clapping seront les seuls mots d'ordre. En somme, c'est sur scène qu'il faut voir l'ami Amp danser comme un pharaon et surfer, de toute sa hauteur, sur des rythmiques lourdes comme du plomb, avec une agilité déconcertante ...

Amp Fiddler - Dreamin' [offline]
[from Waltz Of A Ghetto Fly]

[Buy]



Notre seconde piste n'a encore pas fait grand chose mais est d'ores et déjà présentée comme la relève de Neptunes de plus en plus défaillant. Trio de producteurs ayant grandi dans des cercles où gravitaient des gens comme Sly Stone, Sun Ra et Ike Turner et ayant déjà travaillé avec tout ce que la Californie compte de hit-makers (Dr. Dre, J5, ...), SA-RA s'annonce partout comme LA relève, à même de capter l'air du temps, de trouver un nouveau son qui déchire (et ensuite de le décliner contre espèces sonnantes et trébuchantes). On les annonce entre autres sur le prochain album de Common. Pour porter ce projet, les premiers singles sont apparus au compte-goutte depuis novembre dernier et l'album devrait voir le jour ce printemps. Ne soyez pas trop impatients : tout cela pourrait bien ne déboucher que sur un gros flan. Certains des premiers morceaux (Glorious et Rosebud étant les plus connus) sont mêmes assez moyens. Le petit extrait que voici n'a qu'un caractère informatif, notamment parcequ'on ne sait pas s'il s'agit de la version finale du morceau. A vous de vous faire une première idée ... Pour ceux qui aimerait poursuivre plus avant, sachez que le trio en question a également commis un certain nombre de remixs, pas tous inintéressants.

SA-RA - Get Involved [offline]
[unreleased]



En revanche, en provenance directe de la cité des anges, débarque Plant Life, soit trois musiciens entourant le chanteur Jack Splash pour un premier album intitulé, simplement, "The Return Of Jack Splash". Les parallèles à faire seraient multiples pour ce collectif qui s'inscrit clairement entre Andre 3000 - période The Love Below - pour le chant, et dans la lignée des meilleurs Prince pour les fabuleuses orchestrations. On retrouve à chaque tournant la puissance purement funk, quasiment implacable, du Parliament, mais aussi des ingrédients résolument plus modernes, d'expérimentations électros en plages tendance noisy. Même les emprunts les plus discos semblent, à première écoute, bien faits et les bonhommes en question semblent d'ores et déjà receler des qualités certaines en matière de ballades (voir "A New Day" en particulier) .

Leur carrière semble en tout cas plutôt bien parti si l'on en juge par l'assemblée de génies et bienfaiteurs se penchant déjà sur leur devenir : Gilles Peterson, Mos Def, Vikter Duplaix et même les Chemical Brothers ...

Plant Life - Appreciate [offline]
Plant Life - Two Beautiful Souls In A Crazy World [offline]
[from The Return Of Jack Splash]

[Buy]



Toujours en provenance de l'ensoleillée Californie, le dénommé Bing Ji-Ling a eu la faveur il y a quelques mois de la blogosphère, en particulier de Music For Robots et du local Moebius Rex. Après pas mal de première partie, en particulier pour des gens comme Tommy Guerrero et ... Amp Fiddler, son premier album, "Doodle Loot Doodle A Doo", a depuis été publié. Derrière une imagerie concentrée sur le rose, les glaces et sa ville natale de San Francisco se profile de quoi faire dancer les pieds les plus récalcitrants : un groove réjouissant comme on ne peut le concevoir que dans ces endroits où il ne neige jamais et une fraicheur qu'on lui souhaite de conserver le plus longtemps possible ... Si on ajoute à ça un goût pour l'éclectisme et des sonorités particulièrement diverses, de la kalimba à la bonne vieille guitare fuzz, le résultat est un beau bébé à qui l'on souhaite le meilleur des futurs. Le track proposé ce jour ne semble cependant avoir trouvé son chemin jusqu'à l'album : c'est bien dommage.

Bing Ji-Ling - Forever [offline]

[Listen & Buy] L'intégralité de l'album est en écoute sur le site officiel
[Read] Une excellente chronique sur Pitchfork


4 comments:

Th. said...

Superbe post (l'un de ceux que j'ai le plus aimés jusqu'ici) et superbes trouvailles. Vive le funk.

Garrincha said...

Merci. Il m'est venu complètement par hasard, en fouillant dans mon ami le Pod - comme quoi ce ne sont pas toujours les posts qu'on prépare le plus qui marche le mieux ...

playpause said...

Vive le funk, la funk... Quel que soit son sexe, funky music is the shit.
Gros bisous à Amp Fiddler, qui les éclate tous dans ce billet : la voix, la classe, les chansons, ses featurings à droite à gauche, rien à jeter.
Plant Life = j'ai dit yes aussi, et puis je suis retombé sur deux trois vieux trucs de funk (puisqu'on en parle) et je me suis rendu compte qu'ils ont vraiment pompé le meilleur de leur album chez les autres (de LTD à Outkast)... alors j'écoute encore, mais je me dis que j'en ai un peu marre de ces (bons & doués) faussaires de studio highly promoted par les (gros) labels et radios (nova)...

Garrincha said...

Il est évident qu'Amp ne boxe pas dans la même catégorie que les autres, avec quasiment 15 ans de carrière derrière lui. Et pourtant, il est probablement le moins accessible du lot. J'aime bien cette sophistication qui reste malgré tout funk.

Pour Plant Life, il s'agit aussi d'un premier album. Et personne ne se construit sans influences ... Attendons donc la suite !